Mes talons claquent sur les trottoirs du village, je vais faire quelques courses, il est midi passé et je suis seule dans la grand rue du village. Je repense aux romans de Balzac, aux polars de Jean Pierre Ferrière qui se passent dans des petites villes de province où les rues sont vides mais où des yeux vous observent derrière les persiennes.